Quels sont les effets de la progestérone et des œstrogènes chez les hommes ?

La progestérone est le précurseur de nombreuses hormones, y compris la testostérone (l’hormone sexuelle qui met l’accent sur les caractéristiques masculines) et l’œstrogène (l’hormone sexuelle qui met l’accent sur les caractéristiques féminines).

La progestérone joue un rôle important dans la régulation de la glycémie, la construction de la masse osseuse, la régulation de l’activité cérébrale, le développement de l’intelligence et des fonctions corporelles.

Elle contribue également au processus qui convertit les graisses en énergie, régule la production d’hormones thyroïdiennes et peut aider à redémarrer la libido. En dehors de cela, la progestérone est un antidépresseur naturel, une aide à la normalisation de la coagulation du sang, contribuant à atteindre le sommeil plus rapidement. Enfin, c’est un diurétique naturel qui possède encore de nombreuses autres fonctions vitales.

Bien que la progestérone soit généralement associée à de nombreux processus se produisant dans le corps d’une femme, elle est tout de même présente chez les hommes (au même titre que le sont la testostérone et les œstrogènes, des hormones considérées comme hormone masculine et féminine respectivement). La progestérone joue donc un rôle important dans la santé masculine, en particulier pour la reproduction.

Comment est produite la progestérone chez l’homme ?

La progestérone chez l’homme est produite dans la glande surrénale et dans les testicules. Les niveaux de production des hommes ne varient pas sur un cycle comme ils le font chez les femmes, bien qu’il existe différents facteurs comme l’alimentation, le stress et la fatigue qui peuvent affecter la production de progestérone de la même manière que d’autres hormones peuvent être influencées.

Niveaux de progestérone bas, quelles conséquences ?

Au fur et à mesure que les hommes vieillissent, les niveaux de testostérone diminuent et les niveaux d’œstrogène commencent à augmenter, car ces deux hormones sont complémentaires.

Les niveaux de progestérone chez les hommes diminuent fortement à mesure que les niveaux d’œstrogènes augmentent, ce qui provoque des symptômes tels que :

  • une libido en berne
  • une perte de cheveux
  • une prise de poids
  • d’intenses périodes de fatigue
  • des signes de dépression
  • des dysfonctions érectile
  • de l’impuissance
  • des pertes osseuses et pertes musculaires

En dehors de cela, les hommes qui ont de faibles niveaux de progestérone ont un risque plus élevé de développer des maladies graves telles que l’ostéoporose, l’arthrite, la prostatite et le cancer de la prostate.

Rien de réellement réjouissant donc, il n’y a rien de bon à manquer de progestérone naturelle !

Progestérone et cancers

La progestérone aide à prévenir les maladies de la prostate en empêchant la conversion de la testostérone en dihydrotestostérone (DHT) qui, lorsqu’elle est produite en quantités excessives, peut causer des dommages et même un cancer, selon “The Natural Progesterone Information Service“.

Une autre façon pour la progestérone de réduire le risque de cancer consiste à supprimer les effets favorisant la croissance des œstrogènes et de la testostérone sur les cellules qui ont dépassé leur durée de vie naturelle. Les cellules qui vivent plus longtemps qu’elles ne le devraient en raison de l’influence des œstrogènes et de la testostérone produisent trop de cellules filles qui pourraient développer des mutations entrainant un cancer.

Œstrogènes et maladies cardiaques

Il a été démontré que les hommes qui ont juste la bonne quantité d’œstrogènes dans leur corps peuvent avoir de meilleures chances de survie à l’insuffisance cardiaque chronique, selon une étude polonaise publiée dans le numéro de mai 2009 du «Journal of the American Medical Association».

On a ainsi constaté que les hommes possédant des niveaux d’œstrogènes très faibles avaient un taux de survie de 44,6% alors que ceux avec des niveaux d’œstrogène légèrement plus élevés avaient un taux de survie de 65,8%, une belle différence !

Mais le “meilleure” reste à venir, tenez vous bien : les hommes présentant des taux d’œstrogènes modérés avaient le taux de survie le plus élevé à 82,4% alors que ceux avec des taux élevés avaient un taux de survie inférieur à 79,0%.

Les hommes ayant les niveaux d’œstrogènes les plus élevés ont un taux de survie de 63,6 pour cent. Davantage de recherches restent encore à effectuer pour déterminer exactement quel genre de relation les niveaux d’œstrogène ont avec les chances de survivre à une maladie cardiaque chronique, mais il est certain qu’il ne vaut mieux pas en manquer.

Œstrogène et ostéoporose

Il existe également des preuves que l’œstrogène joue un rôle dans la densité osseuse d’un homme affirme une étude parue dans le numéro du 4 avril 2007 des rapports “Calcified Tissue International”.

Lorsque les œstrogènes circulent dans le corps, il traversent le foie où plusieurs enzymes convertissent l’hormone standard en une autre forme, appelée métabolite des œstrogènes. Certaines de ces dernières sont actives et d’autres inactives. Les individus diffèrent dans la façon dont ils traitent les œstrogènes, ainsi, les niveaux de ces métabolites d’œstrogène peuvent significativement varier d’une personne à l’autre.

Toutefois l’étude tend à montrer que plus un homme possède de métabolites d’œstrogènes actifs dans son corps, plus sa densité minérale osseuse est importante. En effet, les chercheurs de l’Université de Washington ont constaté que la quantité de métabolites actifs d’œstrogène est un fort indicateur de la densité minérale osseuse chez les hommes qu’ils ont étudiés.

En examinant les taux d’hormones et la densité osseuse mesurés par des analyses DXA (double rayonnement des rayons X) dans 61 hommes âgés de 50 ans ou plus, les chercheurs ont constaté que les les sujets ayant des niveaux plus élevés de métabolites actifs des œstrogènes ont également tendance à avoir une densité osseuse plus élevée.

A l’inverse, les hommes ayant des niveaux inférieurs de ces hormones ont tendance à avoir une densité osseuse plus faible.

Alors que la testostérone semble être responsable de la taille des os mâles et de l’épaisseur de leurs couches externes, c’est l’œstrogène qui semble être l’hormone clé pour maintenir la masse minérale osseuse à son maximale chez les hommes.